Un concept fort et émouvant

Coca-Cola est parti du constat que le Moyen-Orient était l’une des régions les plus cosmopolites au monde regroupant pas moins de 200 nationalités différentes. Malheureusement, ces différences d’origines laissent place aux préjugés inévitables et donc, par conséquent à une division des populations.

Décision a donc été prise de profiter de la période du ramadan pour distribuer des canettes dénuées de logos publicitaires. Seule la mention “Labels are for cans, not for peoples” (“Les étiquettes sont pour les canettes, pas pour les gens”) y figure. Cette campagne mise en place en collaboration avec l’agence PS7 prend donc la forme d’une métaphore simple : pas de logo, pas d’étiquette, pas de préjugé.

Afin d’accompagner cette initiative, Coca-Cola (en collaboration avec FP7 et Memac Ogilvy) a décidé d’organiser une expérience sociale un peu particulière puisqu’il s’agissait de réunir 6 personnes dans le noir pour un dîner. Ces gens qui ne se connaissent évidement pas, appartiennent à des communautés différentes et ont donc également des cultures parfois opposées. Il faut savoir que nous jugeons naturellement les autres par leur apparence. Sans le savoir, en 7 secondes nous nous faisons une idée positive ou négative de la personne que nous avons en face de nous sans réellement la connaître, simplement en se basant sur son apparence physique. Le résultat donne lieu à la vidéo qui suit et les réactions de chacun lorsque la lumière s’allume valent le détour.

Personnellement j’ai trouvé cette vidéo assez émouvante et cela m’a permis de me rendre compte que nos idées préconçues sont fausses la plupart du temps. L’exemple de cet homme tatoué de la tête aux pieds qui explique qu’il s’intéresse aux sciences comportementales, de ce passionné de heavy metal pourtant si bien apprêté ou bien encore de ce jeune en fauteuil roulant qui, par ce qu’il raconte, laisse penser aux autres que c’est un homme d’action…

Par cette preuve d’humilité, Coca-Cola se rapproche toujours un peu plus de ses consommateurs même si la marque n’a pas besoin de signer de son nom pour être reconnaissable entre mille.