Le « nouveau Rembrandt »

Quand les robots jouent aux artistes !

Depuis plusieurs années des rapports inquiétants prédisent dans un futur proche le remplacement de millions d’emplois peu qualifiés par des machines. Il suffit par exemple de se rendre simplement aux caisses des supermarchés pour s’en rendre compte. Mais qu’en est-il de l’art ? Les artistes peuvent-ils être remplacés par les machines ?

Le mardi 5 avril dernier a été dévoilé le tout dernier tableau de Rembrandt. Oui oui, vous avez bien lu… Le dernier tableau de cet immense artiste décédé il y a maintenant près de 350 ans. Bon, en fait il ne s’agit pas réellement de lui vous vous en doutez bien mais d’un ordinateur.
Ron Augustus (Microsoft), l’université de Deft (Pays-Bas), la banque ING et deux musées néerlandais ont travaillé sur un ambitieux projet baptisé « The Next Rembrandt ». L’objectif étant de programmer un ordinateur capable d’imaginer et de réaliser le nouveau tableau de Rembrandt. Une sorte d’oeuvre posthume en quelques sortes…

Dans la vidéo qui suit, les auteurs du projet expliquent leur démarche et surtout comment ils ont fait pour programmer un ordinateur capable d’analyser des centaines d’oeuvres dans le but de les copier le plus fidèlement possible. « Nous avons utilisé la technologie et les données comme Rembrandt a utilisé ses stylos et ses pinceaux pour créer quelque chose de nouveau », affirme Ron Augustus.
C’est donc grâce au deep learning (branche de l’intelligence artificielle) associé à des scanners 3D que le logiciel a pu « apprendre ». Après avoir observé et analysé un grand nombre des toiles du peintre, la machine s’est penchée sur certaines caractéristiques bien précises comme l’âge, le genre ou bien encore la direction du regard des portraits.

Le portrait robot

Afin de s’adapter au mieux au style de l’artiste, l’ordinateur a identifié un portrait robot. Il a donc été établi que ce nouveau tableau représenterait le portrait d’un homme de 30 à 40 ans, de type caucasien, avec une barbe ou une moustache, des vêtements noirs, un chapeau, une collerette et un regard fuyant vers la droite. Une fois que les auteurs ont identifié les tableau répondant à ces critères physiques, un algorithme a permis d’analyser les proportions des visages.

Enfin, dernière problématique et pas des moindres. Comment fixer cette image sur une vraie toile ? L’équipe a décidé d’utiliser une imprimante 3D permettant donc de mettre en avant les effets de profondeur liés aux coups de pinceaux du Maître.

Ce projet est techniquement titanesque et on se rapproche de la perfection en ce qui concerne la copie du style du peintre. De là à dire que les robots remplaceront les artistes dans les années à venir j’en doute fort. La sensibilité artistique acquise au fil des années, liée à un passé personnel, à une éducation, à la famille, à un deuil… à un tas de choses en fait, me laisse penser que jamais une machine ne pourra faire passer l’émotion d’un humain.

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *